Actualités S'informer

L’agriculture aujourd’hui

Samedi 22 février s’est ouvert le Salon de l’agriculture, une tradition qui souffle ses 56 bougies. Si le monde a changé, le principe de ce rendez-vous reste le même : tourner les yeux de Paris vers ceux et celles qui la nourrissent. C’est l’occasion pour nous de dresser un état des lieux de nos campagnes. Accrochez vos ceintures, c’est parti !

A quoi ressemble le monde agricole ?

Sans surprise, ce n’est pas qu’un métier d’hommes. Pour autant, nous ne pouvons pas parler d’une situation d’égalité. Environ un tiers des agriculteurs sont en réalité des agricultrices (32% de femmes) [1] et elles gèrent ¼ des exploitations. Leurs structures sont en moyenne plus petites avec 38 ha. Tandis que celles de leurs homologues masculin mesurent 52 ha. La majeure partie des femmes agricultrices ( 83%) ont plus de 40 ans[2].

Si nous sommes loin d’avoir une répartition égale des genres, nous voyons par contre que nos représentations sont bien souvent biaisées. Environ un tiers des agriculteurs sont en réalité des agricultrices, contrairement aux images qui nous parviennent.

Une classe sociale précarisée

Pour finir, la catégorie sociale des agriculteur-rice-s continue de diminuer représentant désormais 564 000 personnes selon les derniers chiffres de l’INSEE[3] (mesurant l’année 2016). La mauvaise nouvelle se prolonge jusqu’aux salaires puisqu’ils baissent de 29% entre 2015 et 2016 [4]. Le revenu moyen annuel d’un-e agriculteur-rice-s en France en 2016 étaient de 18 300 euros. Pour vous donner un ordre de grandeur, le revenu moyen annuel des français-e cette année-là s’élevait à 26 760 euros [5].
Cette classe sociale est dans une précarité économique importante.

Que produisent-ils/elles ?

Vous êtes de plus en plus nombreux à vous poser des questions sur la vie de vos légumes avant leur mort. Au-revoir la consommation à l’aveugle, les citoyen-ne-s veulent savoir. Cela tombe bien, c’est le moment des chiffres. Selon l’Agence Bio[6], 7,5% des surfaces agricoles utiles étaient en bio en 2018. Une progression de 1 point par rapport à 2017. Cela veut tout de même dire qu’il reste 92,5% des surfaces qui ne se sont pas verdies. Si nous avançons, la transformation totale semble encore bien loin…

Quelle est la place du commerce équitable ?

Voici maintenant le moment que vous attendiez toutes et tous, notre problématique préférée : le commerce équitable. Il faut tout d’abord rappeler que l’appellation commerce équitable « Origine France » n’est possible que depuis la loi ESS de juillet 2014. Ce mode d’échange incarne une solution concrète face à la précarisation des agriculteur-rice-s. Véritable innovation dans le commerce européen, il permet de garantir des prix élevés aux producteur-rices avec un engagement à long terme ainsi qu’une prime aux projets collectifs. Face à la volatilité des marchés financiers qui rend difficile la vie des travailleur-euse-s, le commerce équitable apparait comme un remède efficace. De nombreux acteurs contribuent à l’essor de ce mode d’organisation comme les labels de commerce équitable français. Il y a également des distributeurs comme Biocoop qui fait un travail de structuration de filières équitables où tous les acteurs s’engagent pour plus d’équité.

Cette méthode avait déjà fait ses preuves à l’internationale et elle semble tout aussi efficace ici. Les ventes de CE origine France s’élevaient à 1.3 milliard d’euros en 2018. Parmi les labels garantissant un commerce équitable : Agriéthique, le seul apparaissant à ce jour uniquement sur le commerce Nord/Nord (Fair for life et Biopartenaire sont également sur le CE nord-sud). Son chiffre d’affaire est de 790 000 euros en 2019[7] ce qui reste très faible par rapport au marché agricole. Cependant, gare aux défaitistes ! Depuis sa création, ce label ne cesse de prendre du poids, il a d’ailleurs augmenté son chiffre d’affaire de 58,67% en un an entre 2018 et 2019. Une bonne nouvelle pour les producteur-rice-s et pour la planète puisque 26% des agriculteur-rice-s en commerce équitable ont réalisé une conversion en bio entre 2018 et 2019. Comme nous l’entendons souvent, fin du mois, fin du monde, même combat.

Bien sûr, nous ne comptions pas rester dans nos bureaux avec une telle actualité ! Nous serons sur le stand Agriéthique pour parler commerce équitable ! Vous pouvez nous retrouver le samedi 22/02, vendredi 28/02 (avec une Fairzone de 16 à 19h), samedi 29/02 et dimanche 1/03.
Nous en profitons également pour vous dire que nous participerons à la conférence “Le commerce équitable, partenaire de la transformation de l’agriculturede 16h30 à 17h30, Hall 4, stand coop de France.

Sensibiliser. Accompagner. Valoriser. Interpeller.
FAIRe un monde équitable.

Article écrit par Quentin.


Source:

[1] https://www.coordinationrurale.fr/les-femmes-dans-lagriculture/

[1] https://www.coordinationrurale.fr/les-femmes-dans-lagriculture/

[2] https://www.insee.fr/fr/statistiques/3676823?sommaire=3696937

[3] https://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2018/02/24/dix-chiffres-cles-sur-l-agriculture-francaise_5261944_1656968.html

[4] https://www.insee.fr/fr/statistiques/3374800

[5] https://www.agencebio.org/wp-content/uploads/2019/06/DP-AGENCE_BIO-4JUIN2019.pdf

[6] https://www.societe.com/societe/agri-ethique-791485923.html