Actualités S'informer

Green is the new black : et si on pensait plutôt à la réduction des inégalités et de notre empreinte écologique ?

Le Black Friday porte bien son nom. Caricature de notre société de surconsommation, c’est bien un vendredi noir pour la planète et les hommes et les femmes.  Et oui car la surproduction, la surconsommation et l’accumulation de biens à un coût social et environnemental : perte de la biodiversité, dérèglement climatique, explosion des inégalités…

Les réductions toutes plus alléchantes les unes des autres cachent une réalité bien plus sombre : celle de l’exploitation et de la pollution. Prenons un exemple révélateur de ce système de production et de consommation destructeur : le café. Matière première alimentaire la plus consommée au monde après l’eau, le marché explose…les inégalités. S’il génère un chiffre d’affaires de 200 milliards d’euros par an, la richesse créée ne ruisselle pas jusqu’aux 25 millions de producteur.rice.s. Avec des prix passés en dessous de 1 dollar/livre, les producteur.rice.s n’ont pas les moyens de vivre de leur métier, et encore moins de s’adapter au changement climatique ou d’investir dans des modes de production plus respectueux de la planète. Dans ces conditions, 50% des surfaces d’arabica risquent de disparaitre d’ici 2050.

En ce jour de Black Friday et de réductions à tout va, rappelons que la seule réduction qui compte est celle des inégalités et de notre empreinte écologique ! Ne cédons donc pas aux promotions fracassantes et privilégions plutôt la promotion d’une consommation plus respectueuse de la planète et des hommes et femmes.  Ne l’oublions pas, quand nous achetons un produit, nous achetons le monde qui va avec. Mais bonne nouvelle, nous pouvons tou.te.s être acteur.rice.s du changement !

Consommer moins mais mieux c’est possible !

Le saviez-vous ? 86% des Français.es aimeraient vivre demain dans une société où la consommation prend moins de place et 80% disent avoir changé tout ou une partie de leurs comportements de consommation pour en réduire l’impact[1]. Dans l’alimentaire, le baromètre Max Havelaar de la transition alimentaire révèle que 81% des Français.es souhaitent privilégier une consommation responsable. Parmi les motivations citées pour ce changement de pratiques, le soutien aux producteur.rice.s arrive en première position :  59% des Français.es veulent soutenir les producteur.rice.s pour leur permettre de vivre de leur travail. Et cette tendance est poussée par toutes les catégories de la population !

Cela tombe bien car en matière de consommation responsable et d’économie circulaire, de nombreuses alternatives citoyennes sont offertes aux consommateur.rice.s : le réemploi et la réparation, le commerce équitable, l’agriculture bio, la mode éthique…  En tant que consommateur.rice, il s’agit aussi de cerner réellement nos besoins d’achat, et même choisir de ne pas consommer lorsque cela n’est pas nécessaire.

[1] Etude WedressFair

Et si cette année le Black Friday passait au vert ?

Initié en 2017 par le réseau d’entreprises d’insertion Envie, le mouvement Green Friday regroupe aujourd’hui 400 structures. L’objectif est d’informer par des campagnes de communication ou par des actions spécifiques (ateliers, conférences) sur les impacts négatifs de notre système de production et de consommation. Les entreprises engagées refusent d’organiser des promotions et reversent 10 % de leur chiffre d’affaires au profit d’associations qui militent pour une consommation responsable ou de lutte contre l’obsolescence programmée.

Pour construire un monde plus juste et durable, il est indispensable que tous les acteurs économiques se mobilisent et s’engagent pour changer les règles du commerce mondial et les rendre plus équitables et durables.