Témoignages

Faire entendre sa voix pour un monde + équitable

Découvert par le grand public sur les premières parties de ZAZ ou de Jain, Anwar était l’invité très spécial du Fairtrade Tour 2017, co-organisé par FAIR[e] un monde équitable et Max Havelaar France. L’auteur-compositeur et interprète belgo-marocain a séduit les publics de Marseille, Nancy, Rennes, Nantes et Bordeaux, avec sa pop funky entraînante aux accents de reggae. Il revient pour nous sur les messages qu’il souhaite faire passer au travers de sa musique et sur sa sensibilité au commerce équitable.   

Salut Anwar ! Merci de nous accompagner sur ce Fairtrade Tour ! Tu portes des messages passionnés, parfois engagés, à travers les paroles de tes chansons, comment qualifierais-tu ta musique et ta vie en tant qu’artiste ? 
Je ne me considère pas comme un artiste engagé, mais plutôt comme un artiste humaniste, car ma motivation est avant tout l’être humain. Écrire des chansons, c’est ma manière de m’exprimer. Je parle beaucoup d’amour dans mon album « Beautiful sunrise » et dans ma musique en général car, selon moi, c’est grâce à l’amour que l’on peut ressentir, compatir, donner et partager des choses avec les un-e-s et les autres. J’aime avoir une éthique et faire preuve de compassion et de générosité, ce sont toutes ces choses réunies qui font que j’ai envie de partager mes émotions et mes expériences à travers ma musique.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton intérêt pour le commerce équitable ?
L’échange équitable, comme j’aime l’appeler, est une cause à laquelle j’ai été sensibilisé en voyageant et en découvrant d’autres villes, d’autres pays et d’autres cultures. Ce sont les conditions de travail des artisan-ne-s qui m’ont touché. Par exemple dans les petites ruelles de Marrakech, j’ai vu des artisan-ne-s fabriquer des produits pour un coût dérisoire, puis j’ai vu ces mêmes produits se vendre sur le marché européen à des prix très élevés. J’ai trouvé très injuste que celles et ceux qui travaillent le plus dur pour produire quelque chose, parfois jusqu’à plus de 10h par jour, soient les moins rémunéré-e-s. C’est ce sentiment d’injustice qui m’a poussé à réfléchir et à écrire une chanson sur le sujet, « Fairtrade ».

C’est justement par cette chanson que l’équipe de FAIR[e] un monde équitable a découvert ta musique, nous l’avons tout de suite adoré ! Qu’est-ce qui t’a inspiré à écrire « Fairtrade » ?
Au fil de mes voyages, j’ai cultivé ce besoin de m’exprimer, d’écrire et de transmettre mes pensées et mes expériences. Je voulais que chacun-e comprenne que ce n’est pas juste d’exploiter les ressources d’un pays pour les revendre à des prix dérisoires dans les pays du Nord, et que pour aider les plus démuni-e-s souffrant de famine et de misère, il faut déjà commencer par payer le prix juste et équitable. Les petit-e-s producteur-rice-s n’ont pas besoin de notre charité, ils ont simplement besoin d’une juste rémunération pour pouvoir vivre dignement et éduquer leurs enfants correctement. C’est le message que j’ai voulu transmettre à travers cette chanson.

Pourrais-tu envisager d’aller plus loin en t’engageant dans un mouvement ou une association ?
J’ai un énorme respect pour celles et ceux qui s’engagent pour un monde meilleur, comme les associations telles que FAIR[e] un monde équitable ou Max Havelaar France, car le premier pas vers ce changement reste la sensibilisation. J’ai toujours aimé l’aspect social et humain, car c’est ce contact avec les gens qui me pousse à faire de la musique, et je passe de nombreux moments sur scène où j’essaye de rappeler à mon public qu’il suffit parfois d’ouvrir les yeux pour prendre conscience des belles choses que la vie nous offre. C’est pour toutes ces raisons que je pourrais envisager de m’engager dans une association. Si j’ai un jour la chance de pouvoir le faire, j’aimerais investir dans des projets de développement pour des populations défavorisées, tels que la construction d’écoles dans des villages, acheter de meilleurs outils de production pour les producteur-rice-s, ou encore acheter du matériel scolaire aux enfants qui n’en ont pas. Car lorsqu’on reçoit quelque chose, il est aussi important de savoir le partager.

Tu parles beaucoup de l’aspect social et humain qui t’anime dans ta vie d’artiste. En tant que citoyen-ne-s, que penses-tu de l’impact que nous avons sur le monde qui nous entoure ?
Je pense que tout-e citoyen-ne peut avoir un impact considérable grâce à ses achats du quotidien, car en payant un prix plus juste sur certains produits, on peut participer au développement d’une autre communauté et entraîner l’accès à une meilleure santé et une meilleure éducation. Lors du Fairtrade Tour, j’ai pu apprendre énormément de choses. Notamment que chaque personne est responsable et que nous pouvons tou-te-s avoir un impact sur la vie d’un-e autre, même dans un autre pays ou sur un autre continent, car notre manière de vivre est directement liée à la nature et à nos semblables dans le monde entier. Un-e citoyen-ne qui consomme des produits équitables participe de loin à un monde meilleur.

Pour écouter tous les titres d’Anwar, c’est par ici !