Témoignages

Vivre de la production de cacao en Haïti

Gérant de la coopérative Feccano en Haïti, Guito Gilot est de passage en France, où il participera à de nombreux événements organisés par les associations NAPCE et Bretagne CENS, membres de FAIR[e] un monde équitable, à l’occasion de la 16e Quinzaine du commerce équitable. Guito Gilot a participé à la création de la Feccano en 2001, dont l’objectif était de permettre aux producteur-rice-s de gagner un prix juste face aux acheteurs-euses, dans un pays pauvre. Après avoir accompagné les débuts difficiles, il continue sa mission à lui : encourager les producteur-rice-s familiaux-ales haïtien-ne-s à gagner en autonomie.

  Zoom sur la coopérative Feccano

  • Créée en 2001, avec le regroupement de 6 coopératives formées de 1 700 producteur-rice-s
  • Aujourd’hui, 7 coopératives composent la Feccano, avec plus de 3 400 producteur-rice-s.
  • Elle emploie 7 salarié-e-s
  • 100% de la culture de cacao se fait en agro-foresterie

Comment, quand on est producteur-rice de cacao sur 1 hectare en Haïti, peut-on réussir à vivre de sa production ?

C’est impossible ! Dans mon pays, il existe 2 grandes zones de production de cacao : au Nord, où vivent près de 8 000 producteur-rice-s et où s’est implantée la Feccano ; et au Sud, environ 10 000 producteur-rice-s, auxquel-le-s s’ajoutent 2 000 producteur-rice-s réparti-e-s dans d’autres zones. Dans le temps, deux familles avaient la mainmise sur l’exportation. Elles nous achetaient à leur prix les fèves de cacao et nous imposaient de multiples intermédiaires (producteur-rice-s, balanciers, spéculateurs-trices, exportateurs-euses). Une fois que tout le monde s’était servi, nous recevions un prix indécent pour notre livre de cacao. Si bien qu’en 1999, la plupart des producteur-rice-s ont changé de production pour faire une autre culture qui pourrait les faire vivre. La Feccano est née du refus d’accepter la domination des intermédiaires et des acheteurs-euses et de l’envie de prouver qu’on pouvait continuer à faire du cacao et à en vivre !

Vous avez atteint l’objectif : aujourd’hui vous êtes 100% équitable et bio ?

IMGA0600Nous avons été rapidement certifié-e-s en commerce équitable et nous écoulons aujourd’hui 125 tonnes de cacao bio et équitables et 35 tonnes en conventionnel. En Haïti, la filière café a commencé la première à basculer en commerce équitable. En bon-ne-s observateurs-trices, nous avons constaté les progrès réalisés. Alors, avec l’appui d’une ONG locale, nous avons décidé de valoriser la filière cacao et de créer une structure qui nous écouterait et nous appartiendrait. Cela nous a pris 2 années, pour rencontrer les producteur-rice-s et les familles, trouver des soutiens et comprendre comment cela fonctionnait. Les débuts ont été difficiles car il nous a fallu à la fois répondre aux exigences de production tout en avançant dans notre structuration.

15 ans plus tard, que sont devenu-e-s les producteur-rice-s de cacao de la Feccano ?

Le cacao, en Haïti et dans le monde, est produit par des hommes et des femmes qui travaillent sur des petites parcelles, c’est pourquoi ils-elles sont des petits producteurs ou productrices ! Leur parcelle de 1 hectare leur permet de vivre à 2 niveaux : ils-elles y assurent leur sécurité alimentaire grâce à des cultures vivrières et ils-elles doivent y gagner de quoi vivre avec des cultures d’exportation ou commerciale. C’est en tout cas l’équilibre qu’il est prudent de maintenir. Cela tombe bien car le cacao donne mieux en agro-foresterie et est donc plus rentable. Mais aussi, dans un pays comme le nôtre, où les terres des riches sont laissées en friche car jugées inutiles, où on est contraint-e d’importer des aliments que l’on ne consommait pas avant, comme le riz par exemple, ce qui conduit à délaisser les cultures traditionnelles, c’est essentiel de se donner soi-même les moyens de se nourrir. Le cacao chez nous représente de 35 à 40% des revenus des petit-e-s producteur-rice-s. Pour nous, il représente une stratégie qui sert à financer l’éducation de nos enfants !

À quoi vous sert concrètement le commerce équitable ?
IMGA0603En plus de nous garantir un prix juste (nous vendons la tonne de cacao 4 000 dollars alors qu’en conventionnel, elle est vendue environ 2 500 dollars), il nous a permis de produire un cacao de qualité : formé-e-s à des pratiques plus durables, nous avons amélioré nos techniques de fermentation.
Étape primordiale et socle de la qualité ! Si vous ratez la fermentation, votre cacao n’aura pas la même saveur. Et nous la pratiquons sur place maintenant ! Le commerce équitable favorise aussi l’intégration de personnes plus vulnérables. Par exemple les femmes. En Haïti, règne un fort machisme. À la Feccano, 44% des petits producteurs sont des petites productrices. La parité n’est pas encore acquise mais nous progressons dans nos instances de décision où elles représentent près de 25% aujourd’hui. Et nos enfants ne sont pas dans nos plantations, mais dans les écoles environnantes. Comme nous n’avons pas de gros volumes de vente, nous n’avons pas de grosse prime de développement, donnée en plus pour des projets collectifs. Mais elle nous sert à payer les différentes certifications de qualité, bio et équitable et surtout dans l’amélioration de la production. À chaque Assemblée générale, nous décidons des projets que nous allons soutenir : la rénovation de certaines parcelles, l’intégration de nouvelles coopératives, l’utilisation de la prime de développement… Enfin, cela nous permet de faire du vert : avec nos plantations, nous reforestons et améliorons la couverture végétale du pays.

Reviendriez-vous en arrière ?

IMGA0605Quand nous avons rencontré Ethiquable en 2007, qui nous a vraiment permis de prendre l’essor que nous connaissons, ils nous ont demandé quel était notre but : « vendre vos produits à tout prix ou établir un lien durable ? » La seconde solution était évidente pour nous : en équitable, nous connaissons nos interlocuteurs-trices, ils-elles ont un nom et un visage. Et vous aussi, en tant que consommateur-rice-s ! Le monsieur qui est sur la tablette de chocolat Haïti d’Ethiquable, il a refait la toiture de sa maison et a acquis d’autres petites parcelles. Ce sont des petits exemples mais ces améliorations de vie, nous les mesurons chaque jour. Grâce à l’équitable, nous faisons partie d’une famille élargie. Nous avons des concurrent-e-s en Haïti, nous dérangeons pas mal de monde, mais parce que nous sommes identifié-e-s comme faisant partie de la famille équitable, personne ne vient nous embêter. Aujourd’hui, nous souhaitons partager notre expérience avec d’autres producteur-rice-s haïtien-ne-s qui sont dans la Grande Anse et les accompagner, tout comme Ethiquable et AVSF nous ont accompagné-e-s sur ce chemin du changement. Car être en commerce équitable, c’est accepter de changer : d’habitudes, de façons de faire, de techniques… et surtout de vie ! Pour en avoir une meilleure.

Pour en savoir plus sur la coopérative Feccano : cliquez ici !